L'aménagement de la vallée du Sénégal

 Crédits photos : X. Le Roy, J.-L. Maeght

L'aménagement pour la culture irriguée dans la vallée du Sénégal progresse depuis l'indépendance.

Dans le delta et vers Richard-Toll, l'exploitation des terres irriguées se traduit par une diversification de l'activité et une augmentation des ressources, d'où un fort accroissement de la population locale.

Les grands aménagements sont réalisés à l'échelle du bassin versant. Trois barrages ont été construits. À l'aval, le barrage de Diama bloque les remontées marines, le grand barrage de Manantali au Mali, sur le cours principal du fleuve, à l'amont, forme un immense réservoir qui va être équipé d'une centrale hydro-éléctrique. Sur l'oued Gorgol, en Mauritanie, le barrage plus modeste de Foum-Gleita a une fonction de réservoir. Les lignes haute tension sont en cours de construction depuis Manantali vers Nouakchott et Dakar.

En relation avec l'aménagement des casiers irrigués se construisent des routes, des usines agro-alimentaires. Les centres urbains s'équipent (adduction d'eau, éléctification édification de centres de santé, de marchés ...)

L'aménagement de la vallée soulève de nombreux problèmes d'accès à la terre, de maîtrise technique, de prix du riz pour les urbains, de préservation de l'environnement... À l'échelle des États riverains se posent les questions du partage des eaux du fleuve et des usages prioritaires.


 sommaire

suite