La place du Sénégal sur la scène internationale

Les relations du Sénégal avec les pays frontaliers

Sur la scène internationale, le Sénégal jouit d'un prestige et joue un rôle sans commune mesure avec son poids démographique ou économique. Pourtant ses relations avec les pays voisins, depuis 40 ans, ont été mouvementées.

La question des "trafics transfrontaliers illicites" a toujours compliqué les relations entre le Sénégal et la Gambie. Le projet de confédération sénégambienne, mis sur pied en 1982, a été suspendu en 1989 et demeure en sommeil.

La Fédération du Mali, constituée au moment des indépendances en 1960, avec le Soudan d'alors, n'a vécu que quelques mois. Les relations entre les deux pays, rangés dans des camps antagonistes, modérés et progressistes, ont été des plus réduites pendant plusieurs années. La liaison du Mali avec la côte s'est développée sur Abidjan au dépens de Dakar.

Avec la Guinée dirigée par Sekou Touré l'antagonisme ne s'est atténué qu'après 1975 quand les relations de la Guinée avec la France ont été renouées.

Les relations avec la Guinée-Bissau ont connu un tournant après l'accession de ce pays à l'indépendance en 1980. Le Sénégal a soutenu la guérilla et la Casamance servait de base arrière aux combattants de Guinée-Bissau jusqu'à cette date. Les relations entre les deux pays ont été altérées depuis par des questions de frontières maritimes et par l'insécurité créée en Casamance par le mouvement autonomiste ; les rebelles casamançais trouvant refuge au sud de la frontière.

  Les relations avec la Mauritanie se sont dégradées dans les années 1980. La tension a culminé au moment des incidents sanglants de 1989 qui a conduit à la fermeture de la frontière Les expulsions ont été suivies de créations de camps de réfugiés et de spoliations de terres, de troupeaux, de boutiques ... Les contentieux et la tension ont pour toile de fond l'aménagement du fleuve Sénégal.

 sommaire

suite