TOGO

État de dégradation des terres résultant des activités humaines
Human-induced land degradation status
__________________

Notice explicative de la carte au 1 : 500 000 des indices de dégradation
Explanatory notes on the land degradation
index map

P. BRABANT, S. DARRACQ, K. ÉGUÉ, V. SIMONNEAUX


couverture de la notice carte réduite
Pour un meilleur aperçu,
cliquez dans les zones encadrées
de la carte

Dans le monde entier, l'état de dégradation des terres est un sujet controversé. Les médias ont tendance à exagérer le phénomène, en Afrique surtout, où l'on présente des images dramatiques associant sécheresse, désertification, famine, tandis que, selon les sources, les estimations sur l'état de dégradation peuvent varier du simple au double pour une même région.

Il n'existe actuellement pas de méthode permettant de définir l'état de dégradation des terres et surtout d'en quantifier le degré; par ailleurs, les prospections de terrain, indispensables pour valider les estimations proposées, sont souvent insuffisantes, voire absentes. Il est vrai que les pays concernés ne sont pas toujours faciles d'accès, que ce soit à cause de contraintes naturelles ou pour des raisons politiques.

C'est pourquoi, malgré une apparente fiabilité, les publications actuelles sur ce thème sont de moins en moins crédibles et, partant, les résultats présentés de moins en moins utilisés. Décideurs et bailleurs de fond vont même plus loin : " Les estimations sur l'étendue de la dégradation des terres et/ou celles de leurs effets sur la production peuvent être fortement exagérées. Cela est le fait des gouvernements ou d'intérêts sectoriels dans la conservation des sols. Étant donné l'incertitude sur ces données, nous ne savons pas si la dégradation est aussi grave qu'on ne le prétend" (cité par la F.A.O., 1992).

Face à cette incertitude sur la réalité de la dégradation des terres, les auteurs de cette carte se devaient de présenter des résultats aussi fiables que possible à l'échelle du Togo, le plus peuplé des pays de l'Afrique occidentale et centrale après le Nigeria. Ces résultats sont issus d'un inventaire de terrain selon une grille moyenne d'une observation par kilomètre carré, complété par l'interprétation d'images satellitaires Landsat TM et Spot pour l'ensemble du pays.

La carte montre la localisation, l'extension et le degré de dégradation des terres, au travers d'un seul indice, l'indice de dégradation.

Un tel document de référence permettra, au cours du siècle prochain, de suivre l'extension ou la régression de la dégradation des terres au Togo, qui est ainsi le premier d'Afrique de l'ouest et du centre à disposer d'un document de ce genre.

Mots clés : Afrique - Togo - Dégradation des terres - État actuel - Indice de dégradation - Carte - Échelle 1: 500 000.

****

Land degradation is a controversial issue the world over. The media tend to exaggerate the problem, especially in Africa, where they show catastrophic scenarios combining drought, desertification and famine. Meanwhile, estimates of degradation in a given region can vary by 100% from one source to another.

So far, there exists no method of defining land degradation status or, above all, quantifying degrees of degradation. The field surveys so indispensable for validating the proposed estimates are often lacking or inadequate, many of the regions concerned being difficult to reach, whether for reasons of geography or politics.

That is why, despite their apparent reliability, existing publications on this subject are becoming less and less credible, and their findings less and less utilised. Aid agencies and decisionmakers go further: "Estimates of the extent of land degradation and/or its effects on production may be considerably exaggerated. They may have been magnified by sectional interests in conservation, or by governments. Because the data are so uncertain, we do not know whether degradation is as serious as it is claimed to be." (quoted by FAO,UNEP and UNDP, 1994).

In view of the uncertainty as to the real land degradation situation, the authors of the present map felt it their duty to seek out and present findings as trustworthy as possible for Togo, which is the second most densely populated country of West Africa, after Nigeria. These findings have been obtained from a field survey carried out at an average rate of one observation per square kilometre, supplemented by interpretation of Landsat TM and Spot satellite images for the whole country.

The map shows the location, extent and degree of land degradation as reflected in a single index, the degradation index.

This benchmark document will provide a basis, over the coming century, for monitoring the advance or retreat of land degradation in Togo. Togo thus becomes the first country in West and Central Africa to possess a map of this kind.

Key words: Africa - Togo - Land degradation - Current status - Degradation index - Map - Scale 1:500,000.

Les documents réalisés

 1) La base de données

Elle est gérée par le logiciel Arc/info. Elle associe un fond topographique du Togo à 1 : 200 000, une carte originale de l'état de dégradation des terres définissant 610 zones, et les données caractéristiques de chacune de ces zones. L'inventaire de terrain a été complété par l'interprétation d'images satellitaires Landsat TM et Spot pour l'ensemble du pays.

2) La carte des indices de dégradation des terres

La carte en couleur des indices de dégradation à 1 : 500 000 exprime, de manière synthétique, à l'aide d'un seul indice, l'état, l'extension, la localisation des terres dégradées et non dégradées au Togo.

 3) La méthode d'évaluation de l'état de dégradation des terres

La méthode qui a permis, à partir des documents de base et d'un important travail de terrain, de déterminer les types de dégradation et les états de dégradation pour l'ensemble du Togo et pour chacune des régions, est exposée dans la notice explicative qui accompagne la carte. Elle propose également une nouvelle nomenclature des types de dégradation. La démarche utilisée peut être appliquée à d'autres pays de la zone intertropicale.

Cartes et atlas